johaylex

t'es seul au monde ? lis un bouquin !

« Qui séparerait l’onde Quand la particule se propage ? »


 

Séparées, alarmes qui, sur mon oreiller

Flanqué de chiures parsemées puis langées,

Putrides sciures des réseaux à treiller,

Translucides larmes, s’inscrivent mélangées.

 

Dans les pas arrangés de son suave charme,

La nuit bleue va veiller la vieille déchirure

Des noirs cheveux frangés de sa chemise parme,

A dessein de teiller mes eaux des virures.

 

Phalanges sur l’émail blanchi par la poreuse

 Rêverie, attentive à la pliure lasse,

Dégradée de mailles, dont l’âme vaporeuse,

 

Bande contentive de la plume de glace,

Apparaît en gemmail quand coule, liquoreuse,

L’aube préventive des terreurs et m’enlace.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 25 juillet 2012 par dans Fragment, et est taguée , , , , , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :